L’orchestre d’une Révolution

Quand Tom Hooper fait chanter Victor Hugo sur grand écran.

Les Misérables, de Tom Hooper, avec Hugh Jackman, Anne Hathaway, Amanda Seyfried, ...

Les Misérables, de Tom Hooper, avec Hugh Jackman, Anne Hathaway, Amanda Seyfried, …

Il faut du courage pour s’attaquer au roman de Victor Hugo et au musical de Broadway, tous deux symboles emblématiques dans l’inconscient collectif de deux nations unissant leur talents au service de l’art. C’est le défi que relève Tom Hooper (Le Discours d’un Roi) en transposant « Les Misérables » à l’écran.
Nous offrant ainsi un opéra de plus de deux heures brillamment mené par Hugh Jackman et fortement marqué par la prestation d’Anne Hathaway. Les voix de l’impressionnant casting s’élèvent donc pour nous conter les malheurs des personnages qu’ils incarnent. Seulement, nous sommes habitués à écouter la musique sans en décrypter les paroles, s’installe alors une incessante bataille entre les chansons et notre cerveau obtus  mettant ainsi l’émotion et les personnages dans un flou lointain, hors de portée. Rendant certaines scènes, prises avec trop de détachement, risibles.
Mais une partie du casting sauve le film de la catastrophe. Ainsi, se détachent trois castes de Misérables :
Les mémorables : Anne Hathaway, nous offrant une Fantine touchante, pénétrante et oscarisée. Aaron Tveit, rayonnant. Samantha Barks, habitée. Et enfin Hugh Jackman, méconnaissable.
Les passe-partout : Amanda Seyfried, magnifique mais pourtant tellement transparente, accompagnée du charmant Eddie Redmayne dont la beauté unique peine à nous faire vibrer.
Et pour finir, les remplaçables : Helena Bonham Carter et Sacha Baron Cohen, dont le jeu frôle, comme à l’accoutumé, la perfection, mais dont le ton est tellement différent des autres personnages, qu’ils s’isolent et semblent totalement hors de propos. Et Russel Crowe, qui, malgré un voix maîtrisée, laisse le public de glace tant il ne transmet aucune émotion.
C’est donc partagé que nous sortirons de la salle, ne sachant si nous venons d’assister au couronnement  d’un Roi ou à son exécution.

Publicités
Cette entrée a été publiée le 13 mars 2013 à 19 h 14 min. Elle est classée dans Cinéma et taguée . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

2 réflexions sur “L’orchestre d’une Révolution

  1. Hello! cette fois-ci je laisse un commentaire car je passe souvent sur ton blog et je le trouve très bien fait! je lance moi aussi un blog et j’aimerais qu’il soit aussi bien 🙂 a bientôt

  2. bonjour, je tenais à te remercier pour la qualité des articles de ton blog ! j’édite moi aussi un blog depuis peu et j’espère pouvoir faire aussi bien 🙂 A bientôt, ZAK

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :